Réforme scolaire et TAP… pour le pire, ou le meilleur.

La réforme scolaire est rentrée en vigueur à la rentrée 2015, je pense que TOUT le monde est au courant…
Je ne me permettrai pas de juger le bien-fondé de la réforme ni les avantages ou les inconvénients des nouveaux rythmes, et pour cause, mes enfants ont été scolarisés en même temps que la mise en place de ces nouvelles directives, nous n’avons donc connu que cela 🙂

Dans l’école de mes enfants, les TAP se font en 2 séances d 1h30 chacune.
Il y a des activités animées par des intervenants (parfois des parents d’élèves compétents, comme pour la sophrologie), et d’autres prises en charge par les employés du service périscolaire (chants, bricolages, sports, jeux libres…).

Cette année, mes enfants ont pu prendre part à un projet que j’ai trouvé exceptionnel, la création d’un court-métrage.

Mon Grand étant plutôt bavard et surtout très enthousiasmé par le projet, j’en ai beaucoup entendu parlé tout au long de l’année :
Maman, on a écrit et choisi le scénario
Aujourd’hui on a écrit les dialogues
On a commencé les décors !!!
Maman, y’a un monsieur qui est venu nous aider pour prendre plein de photos…

Beaucoup d’informations donc, mais pas toujours des plus précises.
Je ne savais donc pas vraiment à quoi m’attendre lorsque nous nous sommes rendus à la projection organisée pour les parents.
Et voici le résultat que nous avons découvert :

Incroyable non ?

A l’heure où les TAP sont vivement critiqués (attention, je ne dis pas que c’est toujours injustifiés), il me semblait important de mettre l’accent sur ce qui est réellement réussi : une initiation à l’art du cinéma, des enfants ravis d’avoir appris quelque chose et fiers de montrer un résultat aussi concret.

Et comme j’aime savoir et comprendre, je suis allée interroger la directrice du service périscolaire, en charge de l’organisation des TAP sur l’ensemble de la communauté de communes, histoire d’en savoir un peu plus sur la naissance du projet et sur les moyens mis en oeuvre pour le concrétiser.

J’ai découvert une femme pleine d énergie et de motivation, et j’ai eu toutes les réponses à mes questions.

Le thème retenu pour l’année était les arts, assez vaste pour permettre la mise en place de plein d’activités variées : arts visuels, musiques, danses, théâtre et donc cinéma.

Le projet court-métrage a été porté par l’ensemble des animateurs tout au long de l’année.
Ils se sont chargés d’encadrer les enfants en les guidant 1h30 par semaine lors de toutes les étapes de la création d’un film : écriture de différents scénarios, vote pour choisir le scénario final, écriture des dialogues, création des décors.

Le budget a ensuite été alloué pour permettre la venue d’un intervenant professionnel pour la prise des images et le montage vidéo, ce qui a réellement simplifié ce travail et permis qu’il soit terminé à temps.

Au final, les moyens nécessaires sont avant tout des moyens humains, à savoir une équipe motivée et enthousiaste (sûrement patiente aussi, selon les jours).

Et honnêtement, je crois que la clé est là.
La réforme est passée, que l on soit pour ou contre, il faut maintenant faire avec.
Et nous avons de la chance d’avoir une équipe qui a choisi de faire au mieux, la motivation et le travail compensant sans aucun problème le manque de moyens quand il y en a.

Je me doute bien que tout n’est pas rose partout, mais comme toujours, il est important de savoir dire quand on est satisfait.

Alors je remercie vivement l’équipe périscolaire de la communauté de communes de Yenne, je leur tire un énorme chapeau pour le travail accompli sur ce projet, ainsi que sur la mise en place des autres ateliers (moins impressionnants certes, mais tout aussi chouettes pour les enfants).
On ne peut pas toujours attendre des activités incroyables mais il suffit souvent de peu pour faire de ces temps de vrais temps d’apprentissages complémentaires à l’école.

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *